Depuis quelques années, le outdoor est à la mode; il a ses revues spécialisées, ses salons dédiés et il tient une bonne place dans toutes les rubriques déco des magazines... Cet engouement s’explique notamment par un besoin de plus en plus marqué des citadins d’affirmer leur lien avec la nature en même temps que par une volonté de s’approprier les extérieurs - terrasses ou jardins - comme un prolongement de son intérieur et, à ce titre, comme un lieu d’expression et de décoration à part entière.

Le Mobilier Paysager

LE MOBILIER PAYSAGER // habiter le paysage, meubler l’environnement

Dans la tendance des aménagements extérieurs, le style des années ‘50 et ‘60 tient, comme en décoration intérieure, une bonne place :
- réédition de collections ou de modèles historiques de ces décennies par les marques spécialisées (Triconfort, Ketall...)
- inspiration des lignes de cette époque pionnière dans les créations contemporaines
- ou encore popularisation de modèles phare de ces époques; le fauteuil Acapulco qui est un classique du design mexicain des années ‘50 et que l’on voit partout aujourd’hui...

«REMONTER AUX SOURCES DU DESIGN EXTÉRIEUR»

Par delà les effets de mode, il est très intéressant de remonter aux sources du mobilier d’extérieur actuel, c’est à dire dans les années ‘50 et c’est ce que propose l’exposition «Le Mobilier Paysager : Habiter le paysage, meubler l’environnement» présentée par le collectionneur et marchand Patrice Chevreux sur Les Puces du Design du 28 au 31 mai 2015.

En effet, si de tout temps les architectes, artistes, créateurs... ont été attentifs au paysage et à notre façon de nous y intégrer, les années ‘50 marquent plusieurs changements notables :

- Après les années de guerre, les pays d’Europe se reconstruisent avec à l’esprit dans cette période des préoccupations sociales et hygiénistes où les jardins et espaces verts auront leur place et pour lesquels, il faut du coup inventer tous les équipements : éclairages, assises, contenants...

Le Mobilier Paysager - ensemble terrasse © Fabien Bonillo

- c’est aussi l’époque de l’apparition de nouveaux matériaux ou de nouvelles applications
pour des matériaux déjà connus mais utilisés dans d’autres domaines... C’est le cas notamment du fibro-ciment jusqu’alors mis en œuvre pour les tuyaux et les toitures et qui, à partir des années ‘50, à l’invitation de la firme Suisse Eternit notamment, va aussi investir le paysage.

Eternit va en effet entrer en contact avec Willy Gühl (1915-2004) alors professeur à Zurich pour développer des contenants pour les plantes en fibro-ciment. La rencontre avec ce matériau stimulera le designer et ses étudiants et donnera naissance à des créations aujourd’hui emblématiques :

Le Mobilier Paysager - Fauteuils Ruban Willy Guhls © Fabien Bonillo

- les bacs Oreilles d’éléphants ou Fuseau (d’Anton Bee, élève de Willy Gühl)
- mais cela ira au-delà du programme avec notamment la chaise Ruban; une création inédite de Willy Gühl de 1954 qui exploite toutes les spécificités du matériau. Réalisée à partir d’une plaque de fibro-ciment, sans chute, sans découpe, sans ajout de matière, cette pièce moulèe alors que la matière est encore fraîche acquiert sa solidité en séchant et constitue un exemple très démonstratif des possibilités du matériau. Minimaliste et sculpturale, cette chaise était vendue 50 francs suisse à sa sortie en 1954, on la trouve aujourd’hui à 2000€ en salle des ventes...

LE PLASTIQUE

Autre matériau ayant encouragé le développement du mobilier d’extérieur : le plastique. Résistant aux intempéries et permettant toutes les audaces formelles pour une meilleure osmose avec la nature environnante, le plastique sera la réponse industrielle et en série pour combler les envies d’extérieur de la nouvelle société des loisirs. C’est le plastique qu’utilise Eero Aarnio pour ses sièges Pastille et Tomato, ou encore Charles Zublena pour les chaises longues qu’il dessine pour le tout nouvellement créé Club Med...

Le Mobilier Paysager - Chaise longue Zublena © Fabien Bonillo

Reflet des préoccupations et des époques qui l’ont vu naître, le mobilier d’extérieur des années ‘50 et ‘60 portait déjà tout ce qui le caractérise aujourd’hui : confort, esthétique, fonctionnalité... sans oublier une part de rêve et de communion avec la nature qui nous séduisent encore aujourd’hui...