Une exposition proposée par l'historien du design Thibault Lannuzel qui présente une avant-garde encore méconnue du design français...

Exposition GENERATION FORMES UTILES – HOMMAGE A PATRICK FAVARDIN

Les Designers Français à l'âge de la croissance (1945 - 1973)

Du 5 au 8 novembre, l'édition 2020 des Puces du Design X A Vivre Design Fair vous propose de découvrir l'exposition organisée par l'historien du design Thibault Lannuzel GENERATION FORMES UTILES - HOMMAGE A PATRICK FAVARDIN - Les Designers Français à l'âge de la croissance (1945 - 1973).

Depuis plusieurs années, Les Puces du Design s’illustrent par la mise en place d’exposition-hommage à une personnalité clé de l’histoire du design. Après Pierre Paulin en 2016, Ettore Sottsass en 2017, Olivier Mourgue en 2018 puis la collection de Sabine Sautter en 2019 c’est au tour de la figure de Patrick Favardin d’être mise en avant. L’on doit notamment à cet auteur d’ouvrages de références et historien du design d’après-guerre disparu en 2018, la redécouverte de l’œuvre de toute une génération de designers - architectes d’intérieurs qui marqueront de leur empreinte l’histoire du design de la seconde partie du XXe siècle.

Du 5 au 8 novembre prochains, l’édition des Puces du Design 2020 vous propose de découvrir l’exposition Génération Formes Utiles : l’alliance du créateur et de l’industriel pour des formes justes et l’affirmation du beau dans l’utile organisée par l’historien du design Thibault Lannuzel.

Portrait de Patrick Favardin © Laurent de Verneuil

L’objectif de cet évènement est de faire découvrir, par un parcours documenté et une sélection de pièces significatives, le travail de toute une lignée de jeunes créateurs français qui marqueront durant la période de croissance plus communément appelée Trente Glorieuses (1945-1973) le paysage français dans les domaines de la création de modèles de série et de l’agencement intérieur.

Cette génération s’attachera à promouvoir le design dès la sortie de la Seconde Guerre mondiale, en se basant sur la doctrine du fonctionnalisme social défendue plus tôt par leurs ainés : Jacques Dumond, René Gabriel, Marcel Gascoin et Louis Sognot. De grandes figures de la Reconstruction, membres de l’UAM qui les formeront sur les bancs de l’école ou au sein de leurs agences où ces jeunes créateurs feront leurs premières armes.

Contemporains des figures iconiques que sont Jean Prouvé, Charlotte Perriand ou encore Le Corbusier, cette jeune avant-garde que nous vous proposons de découvrir, additionne durant plus de deux décennies récompenses et distinctions. Pendant cette période, ces créateurs se révèlent être des personnalités incontournables en France ; ils travaillent sur des programmes d’aménagement d’intérieurs d’envergure avec des architectes de renom ou le Mobilier national et proposent une autre vision de la modernité, celle du rationalisme à la française, d’une fabrication en série dépouillée de tout artifice, et plus largement de l’alliance du créateur et de l’industriel pour des formes justes et l’affirmation du beau dans l’utile.

Commode 220 - Alain RICHARD - vers 1954

En outre, ces créateurs contribuent à l’émergence du statut de designer ; un nouveau métier qui consiste à concevoir mobilier et aménagements d’intérieur qui soient à la fois de qualité, fonctionnels et accessibles à tous.

Cette génération fondatrice mérite à ce titre d’être inscrite dans la genèse d’une profession et d’une discipline dont nous tirons encore aujourd’hui les enseignements.

L’exposition retracera leur parcours en mettant en scène une soixantaine de pièces : mobilier, sièges et luminaires qui illustrent, par l’emploi de matériaux nouveaux ou l’utilisation d’une technique de fabrication inédite, un répertoire de formes réinventé qui justifient leur place dans l’histoire du design historique français.

Liste designers :

Janine Abraham, Dirk-Jan Rol, ARP, René-Jean Caillette, Georges Frydman, René Gabriel, Marcel Gascoin, Pierre Guariche, André Monpoix, Michel Mortier, Joseph-André Motte, Pierre Paulin...
Antoine Philippon, Jacqueline Lecoq, Alain Richard.

Protype de table basse - René-Jean CAILLETTE - 1958

Fauteuil G10 bis de Pierre Guariche - 1953 © Artcurial - photographe Marc Chatelard

Seront présentés notamment la table basse personnelle de René-Jean Caillette (1958), pièce unique, dont Patrick Favardin se chargera de conduire la succession lors de la disparition du créateur, l’applique 242P de Robert Mathieu (1960) à la fois designer et fabricant qui utilise les laques métallisées jusque là employées exclusivement dans le secteur automobile, la paire de chauffeuses 151 en isogaine, fil de latex synthétique, d’André Monpoix (1954), la table 200 d’Alain Richard (1955) à l’allonge unique en stratifié noir ou bien du même designer l’imposante double potence lumineuse A24 (1960).

L’exposition mettra en avant également les rares sièges G10bis (1953) aux accoudoirs en contreplaqué thermoformé moulé et SG10 de 1960 en tissu Placide Joliet d’origine de Pierre Guariche, la chaise longue Djinn d’Olivier Mourgue (1964) qui offre par l’emploi des mousses de latex et d’inédits tissus extensibles, des courbes innovantes. Une étonnante table attribuée à Georges Frydman édition EFA vers 1965 ou bien encore un rare modèle de table de Roger Tallon éditée par Flambo (1968).

Thibault Lannuzel

Depuis plus de dix ans, c’est en tant qu’antiquaire-expert et docteur en Histoire de l’art, que Thibault Lannuzel se consacre avec ardeur à la promotion des arts décoratifs du XXe siècle et du design d’après-guerre. Après une thèse de doctorat consacrée au design français au sein de l’Institut National d’Histoire de l’Art de la Sorbonne, il intègre en tant qu’expert la Compagnie des Experts français en Antiquités et se consacre dorénavant à l’expertise, à la rédaction de publications, au commissariat d’expositions et au courtage dans le domaine des Arts Décoratifs du XXe siècle et du design historique français.